Présentation

« Dans l’étendue d’un site archéologique, ma perception des vestiges se rattache autant à l’absence de leur matière qu’ à leur présence », la suggestion de l’action du temps sur matière, dans le processus de sa disparition deviendra le sujet de retranscription graphique de mes premières créations. Cette recherche commence durant mes études aux Beaux Arts de Lyon, et se poursuit avec des œuvres qui s’articulent autour des symboliques de l’érosion, du recouvrement, de la dispersion des éléments.

En 1999, j’entreprends d’étudier l’art thérapie, des possibilités de l’image à dévoiler l’intime, en lien avec la psychanalyse; sous l’influence probable de cette approche, j’élabore un travail plus évocateur, du dessin de mon corps, comme un sujet contraint à l’épreuve du temps, dans le rythme d’une décomposition et d’une reconstitution permanente.
Je révèle alors, ma récurrence à présenter des formes d’objets ou de corps vidés de leur consistance, laissant subsister leurs auréoles formelles; ultime frontière entre l’absence et la présence.
Mes recherches se réfèrent aussi à l’ imagerie scientifique, que j’observe comme un répertoire de formes sur la complexité du réel. Elle constitue un langage graphique, un énoncé, que j’attache au développement stylistique de mes images, composées de métaphores; quand il s ‘agit de schématiser une notion de durée, une structure organique ou la coexistence de phénomènes aléatoires et ordonnés…

Les œuvres issues de mes expérimentations techniques, sont essentiellement photographiques et picturales. Si leur caractéristique varie, elles s’accomplissent toutes dans la recherche d’une description plastique de la temporalité, qui prend sa forme dans les périmètres invisibles de la matière.